E-commerce

impp_ecommerce

Si le e-commerce concernait, jusqu’à présent, essentiellement les produits non alimentaires, avec l’émergence du Drive, toutes les catégories sont désormais concernées. Si sur les PGC-FLS le poids du e-commerce est inférieur à 3%, il occupe une place très importante sur certaines catégories, 16% sur les produits techniques et 21% sur les produits culturels.

Plusieurs facteurs laissent penser que cette ascension va se poursuivre :

  • Un taux de pénétration qui va croître sous l’effet générationnel (89% des internautes de 25-34 ans achètent en ligne contre 70% chez les plus de 65 ans. Il est de 71% dans les pays Européens les plus matures, comme le Royaume-Uni et la Suède. (Fevad, à partir des données Eurostat).
  • Le niveau élevé de satisfaction des clients, 97% (Médiamétrie /Netratings, Juin 2013) va avoir un effet sur la fidélité et par conséquent sur la fréquence d’achat. Entre 2011 et 2012, le nombre de transactions par acheteur s’emballe, passant de 13,7 à 16.

Le e-commerce, associé à un autre canal ou pas, doit être considéré dans le cadre des stratégies de catégories des industriels et des distributeurs. Le Category Management permet d’adresser cette nouvelle dimension, dans le diagnostic du parcours transcanal du shopper permettant ainsi, la mise en œuvre des solutions adaptée et l’affectation d’une mission pour chaque canal.